lundi 16 mai 2011

Toutes les raisons sont bonnes pour faire autre chose...

C'est chaque fois quand j'arrive à la rédaction d'une scène érotique que je me demande pourquoi je n'ai pas choisi d'écrire du jeunesse...

Pffffffffff! Deux heures que je travaille là-dessus et j'ai un maigre paragraphe... La dernière fois, il m'a fallu trois jours avant d'être satisfaite... Espérons que ça ira mieux cette fois...

10 commentaires:

Marie-Claude Charland a dit…

Je vous comprends à cent mille à l'heure Elisabeth! Il m'est souvent arrivé de me poser la même question lors de l'écriture d'une scène de ce genre. Pourquoi je n'écris pas de la littérature jeunesse torieux?? ;P
Mais à la vérité, bien que leur écriture me donne souvent du fil à retordre, je ne me verrais pas faire autrement. J'aurais l'impression d'amputer l'histoire d'une partie qui a autant de raisons d'être que le reste, alors je me botte les fesses et une fois le travail terminé, je suis satisfaite de mes efforts! :o))
Bonne réécriture ma chère!

Isabelle Lauzon a dit…

Le dosage, hein, le dosage! Juste assez, pas trop... Pas trop porno, pas trop mièvre, pour réaliser l'effet érotique final bien dosé...

Bon sang, le sexe, c'est pas mal plus facile à faire dans la vraie vie que sur papier! MDR!

Gen a dit…

Coudonc, j'vais finir par penser que je suis une obsédée, mais me semble que c'est pas si pire à écrire les scènes érotiques...

Mais j'haïs ça les faire lire après! hihihihihi Ça me gêne au possible! :p

Prospéryne a dit…

Bizarre, j'aurais pensé comme Gen que les scènes érotiques étaient les plus agréables à écrire (tu n'es peut-être pas si obsédée que ça finalement...) En tout cas, ça donne une idée du piment qui s'en vient! :P

Elisabeth a dit…

@Marie-Claude: On se comprend à merveille vous et moi! Oui je suis contente de les avoir écrites, mais maudit que je bûche pour y arriver... Quand j'ai laissé le document pour l'arrivée des enfants, j'avais 400 mots... Y'a de l'espoir ;)

@Isa: Bien d'accord que c'est plus facile dans la vraie vie! MDR! Le problème est effectivement dans le dosage... Toujours...

@Gen et Prospéryne: Mon manuscrit soumis en 2006 en avait quelques-unes - elles ont disparu au retravail pour des raisons techniques et de logiques - et je me souviens que je pensais comme vous à l'époque... Les délais d'écriture et les réticences sont apparues en même temps que les attentes des lecteurs... Je recevais des courriels me demandant carrément quand mes héros allaient se décider à «baiser», de même qu'on me posait la question dans les salons... On me demande d'ailleurs encore fréquemment s'il y aura des scènes croustillantes dans le prochain... Dans ce contexte, l'écriture -en tout cas pour moi - est plus ardue... ;)

Dionra a dit…

Bonjour Élisabeth,
Il y a amplement de Fantasy jeunesse sur le marché, alors c'est rafraichissant de lire des romans du genre pour un public adulte. Comme dosage, personnellement, j'apprécie celui des Jamie et Claire de Gabaldon ou de Ayla et Jondalar de Auel. Imagé, sensuel, sans fausse pudeur, et empreint d'amour...
Bonne chance pour les derniers miles... Bon travail!

casydamke a dit…

ouais, le malaise ... autant à l'écriture qu'à la lecture ... mais honnêtement : trois jours avant d'être satisfaite, ouf! dans les circonstances, c'est très ... bon ! lol
Blague à part, si jamais mon projet devient un jour réalité, je n'ose même pas imaginé comment je pourrai arrivé à intégré une telle scène pourtant indispensable à la suite de l'histoire ...

Gen a dit…

lol! Morale de cette histoire : fallait laisser les scènes dans le premier! hihihihihi ;)

Non, sans blague, je comprends que l'aspect des attentes rend le tout plus dur à gérer. Tu ne peux pas juste l'écrire comme tu la sens, mais aussi de façon assez allusive pour que tes lecteurs puissent l'imaginer à leur goût puisqu'ils connaissent tes personnages depuis longtemps et s'en sont fait leur idée... Pas évident.

Jo Ann a dit…

Je souris en vous lisant parce que j'étais bloquée à une scène érotique et ça me prend une semaine pour en écrire une ! Même pour une scène de baiser, c'était douloureux ! :-/

Anonyme a dit…

Tiens, je ne comprends pas le lien entre scène érotique et littérature jeunesse...c'est interdit de publier ça? Enfin, je sais qu'un éditeur ne le permettrait pas, mais je me demande aussi ce que vous appelez de la "littérature jeunesse" Parce que pour moi, ça veut dire entre 0-17 ans. C'est très large et on y trouve de tout.
Par ailleurs, vos scènes érotiques, madame Tremblay, ne sont pas si troublantes que ça. Je m'en ferais pas trop si j'étais à votre place. Je ne critique pas la difficulté de trouver les mots justes en toute circonstance, mais si je me fie à ce que vous avez écrit dans les 4 derniers Filles de Lune, ce ne sont pas les scènes érotiques qui m'ont le plus dérangées.
Alors écrivez, écrivez, torieux, qu'on lise la fin de cette série
:-)