vendredi 16 décembre 2011

Ouais, je sais...

Je ne suis pas très présente et je m'en excuse, mais j'avoue que de concilier vie familiale et âme d'artiste n'est pas toujours évident alors... ;) Et puis, pour ceux qui me connaissent depuis un moment, vous savez que cette période de l'année est complexe au niveau émotionel, ce qui ne facilite pas les choses...

Mais bon, je n'ai pas abandonné l'écriture pour autant, c'est plutôt le contraire. Je travaille même sur deux projets en même temps, soit un roman jeunesse et une nouvelle série fantasy, dans un univers très différent de celui de Filles de Lune. J'alterne entre l'écriture du premier et la recherche sur le deuxième... Pourquoi ne pas me concentrer sur un seul à la fois, me demanderez-vous? Ben... parce que le couple de personnages principaux du second excellent dans l'art du harcèlement d'auteure, mais que, pour diverses raisons, j'ai besoin d'écrire le jeunesse en premier. Résultat? Je passe une bonne partie de ma vie en mode conciliation. Et je suis de plus en plus douée... ;)

jeudi 1 décembre 2011

Roulement de tambour...

En mars prochain, ma série Filles de Lune sera publié en format poche chez Pocket et en grand format chez Pocket Jeunesse. Inutile de vous préciser que j'ai l'intention d'ouvrir une nouvelle bouteille de bulles... et que je remercie la vie d'être si choyée...

 J'avoue que mon billet peut sembler court pour une nouvelle aussi géniale, mais, par les temps qui courent, je manque de mots. Littéralement. Entre mon Salon du Livre tout simplement génial, les publications chez Pocket et ma soirée à une adaptation théâtrale qui m'a ni plus ni moins que coupé le souffle de par son intensité troublante à certains moments - à ceux qui y étaient vous saurez de quelles scènes je parle ici -, j'ai l'impression de rêver ma vie... J'ai des projets plein la tête, des personnages incroyables naissent et je me demande si je vivrai assez longtemps pour écrire tout ça...

vendredi 25 novembre 2011

Pour ceux qui décideraient à la dernière minute de se joindre à nous pour la représentation de ce soir, il est possible de se procurer des billets directement sur place.

20h. Centre St-Pierre, 1212, rue Panet... J'y serai! Et vous? :)

lundi 21 novembre 2011

À voir. Absolument.

De retour d'un salon du livre extraordinaire, je n'ai qu'une envie: vous parler de l'adaptation théâtrale de Naïla de Brume. Samedi, à l'Agora du SLM, j'ai assistée à la présentation d'un extrait d'une vingtaine de minutes et... j'ai été littéralement séduite!

Honnêtement, je ne savais pas trop à quoi m'attendre. J'avais quelques appréhensions puisque j'avais laissé carte blanche à Isabelle Lavoie pour l'adaptation du roman. Je lui faisais entièrement confiance, mais, dans un même temps, je me demandais souvent de quoi aurait l'air le résultat... Je n'arrivais pas à imaginer mes personnages et mes textes prendre vie... Je n'avais jamais assisté à une lecture publique... Je ne connaissais aucun des comédiens... Inutile donc de vous dire que, quand je me suis assise devant la scène samedi, j'avais des papillons dans l'estomac ;)

Ce fut finalement un pur bonheur. Vraiment. J'en ai encore des frissons rien que d'y penser. Les comédiens, tout de noir vêtus, étaient tous plus talentueux les uns que les autres. La majorité interprétait plusieurs personnages différents et j'étais chaque fois sidérée de voir comment, sans costumes pour les aider, ils parvenaient à se glisser dans la peau d'un autre et nous le faire reconnaître. J'ai vibré avec eux, je me suis laissée porter par l'émerveillement du moment, j'en ai eu les larmes aux yeux. Quand je me suis finalement levée pour rejoindre Isabelle - Naïla - sur la scène, j'avais l'impression d'avoir rêvé. Deux jours plus tard, j'en ai encore la chair de poules quand j'y pense... Et je n'ai qu'une hâte, être à vendredi pour enfin voir l'adaptation au complet!!!!! Si vous avez aimé Naïla de Brume, je suis convaincue que vous serez sous le charme de cette extraordinaire adaptation. Croyez-moi, vous ne serez pas déçus! 

Les représentations sont les 24, 25 et 26 novembre prochain, à 20h précise. On demande donc aux gens de se présenter une vingtaine de minutes à l'avance. Pour réserver des billets, au coût de 15$ chacun, il faut laisser votre nom, numéro de téléphone, la date qui vous intéresse et le nombre de billets que vous désirez à l'adresse courriel suivante: theatreinextenso@gmail.com ou sur la boîte vocale du (514) 526-6222. Les responsables du Théâtre In Extenso, entreront en contact avec vous pour compléter la transaction. Le Centre St-Pierre est à Montréal, au 1212, rue Panet (métro Beaudry).

J'espère que vous serez nombreux! :)

mardi 15 novembre 2011

Salon du livre de Montréal

Vendredi de 11h à 13h, 14h à 17h et de 19h à 22h
Samedi de 9h à 11h, 13h à 14h, 15h30 à 17h et 19h à 21h
Dimanche de 10h à 12h et 14h à 16h30

Extrait de la lecture publique, samedi à 12h15, à l'Agora Van Houtte!

Au plaisir de vous rencontrer... :)

lundi 7 novembre 2011

Première adaptation de Filles de Lune

   Les 24, 25 et 26 novembre prochain, au centre St-Pierre,  il y aura une lecture publique de Naïla de Brume. Pour ceux et celles qui ne sont pas familiers avec l'expression, en voici la définition:

   Lors d'une lecture publique, les comédiens lisent la pièce de théâtre avec le texte en main, de façon dynamique. Il y a quelques accessoires et costumes. Pas de décors, ni de jeux d’éclairage : tout le plaisir du spectacle est dans l’interprétation des acteurs qui font vivre leurs personnages sur scène.


   Je serai présente lors de la représentation du vendredi. Pour réserver des billets, au coût de 15$ chacun, il faut laisser votre nom, numéro de téléphone, la date qui vous intéresse et le nombre de billets que vous désirez à l'adresse courriel suivante: theatreinextenso@gmail.com ou sur la boîte vocale du (514) 526-6222. Les responsables du Théâtre In Extenso, entreront en contact avec vous pour compléter la transaction. Le Centre St-Pierre est à Montréal, au 1212, rue Panet (métro Beaudry).

   Les noms des comédiens, ainsi qu'une courte biographie de chacun, sont ajoutés un à un, depuis jeudi, sur la page Facebook de la série, de même que sur ma page personnelle. Venez y jeter un coup d'oeil! :)

vendredi 28 octobre 2011

On sort le champagne!

Les bouteilles sont au frigo, en attendant que leur pétillant contenu soit versé dans les coupes pour célébrer :) Je vais souper dans un bon p'tit resto ce soir, avec deux amies précieuses et leur conjoint. On y soulignera l'anniversaire de l'une et la fin de la révision de son roman, les deux sorties littéraires automnales de l'autre et surtout, la fin de ma série... J'ai attendu longtemps avant de crier victoire, craignant, vu le parcours du combattant que fut la rédaction et le retravail du tome 5, je ne sais quel problème de dernière minute. Comme j'ai maintenant une date officielle de sortie, soit le 16 novembre, et que le fameux bouquin est en impression, je présume que je peux enfin célébrer! ;)

J'ai écrit les premières lignes, de ce qui allait devenir Filles de Lune, quelque part en 1999, peu après la naissance de ma fille. Plus de 10 ans se sont écoulées depuis. Des années riches en épreuves et en émotions, où l'écriture a souvent été reléguée au second plan parce que les priorités étaient ailleurs, parce que la vie avec un grand V requérait toute mon attention. La série, qui à l'origine devait s'adresser à un public jeunesse, a été grandement influencée par les tempêtes qui se sont succédées après le diagnostic de cancer de mon fils. Mes personnages ont maturé à travers mes propres épreuves pour quitter l'adolescence et devenir des adultes, en même temps que la série devenenait «grand public».

Aujourd'hui, quand je regarde en arrière, je suis pas mal fière du travail accompli depuis les premiers chapitres rédigés sur de simples feuilles de cartable... Filles de Lune est, et restera toujours, ma première incursion dans l'univers de l'écriture et de tout ce que ça implique, du premier mot jusqu'à l'impression finale, lorsque mon nom se retrouve sur la couverture! Ma série a ses qualités et ses défauts, comme tout bouquin, mais cette aventure m'a permis d'en apprendre beaucoup sur le métier et surtout, d'évoluer énormément en tant qu'écrivaine. L'expérience acquise me profitera pour mes prochains récits alors que je retournerai bientôt à mon clavier pour raconter une toute nouvelle histoire... D'ici là, je savoure le succès de Filles de Lune, ici et en France, j'anticipe un peu la sortie du dernier tome - justement parce que c'est le dernier - et je fais lentement le deuil des personnages qui m'ont habitée pendant si longtemps...

Ce soir, je lèverai mon verre en l'honneur de Naïla, mais aussi de tous ceux et celles qui m'ont accompagnée dans cette magnifique aventure. Et j'aurai une pensée toute spéciale pour les nombreux lecteurs et lectrices qui se sont laissés emporter par les aventures de ma Fille de Lune... Merci de partager mon imaginaire, de vibrer avec mes personnages, de me donner le goût d'écrire encore et encore...

samedi 22 octobre 2011

Spectacle littéraire

Avec la sortie prochaine du 5e tome coïncide une grande première, soit l’adaptation théâtrale professionnelle de Naïla de Brume, qui sera présentée au public les 24, 25 et 26 novembre prochain à Montréal! Un avant goût de ce spectacle littéraire sera donné sur la scène Agora Van Houtte du Salon du Livre de Montréal, le samedi 19 novembre, à 12h15.
Plus de détails dès que j'en ai... :)

vendredi 26 août 2011

Le tome 5...

... ne sera pas disponible avant novembre prochain... D'ici là, je risque d'être encore pas mal silencieuse pour des raisons personnelles autant que professionnelles...

vendredi 12 août 2011

De retour....

... d'une semaine de pêche au fin fond des bois, quelque part sur la Côte Nord. Un coin perdu où j'ai réussi, croyez-le ou non, à rencontrer un écrivain, isolé là pour y rédiger son prochain bouquin... Le monde est vraiment petit... Plus de nouvelles dès que j'ai une minute... :)

dimanche 17 juillet 2011

Mutisme

Trève d'explications; une image vaut mille mots...



Recto
Verso


On se reparle... quelque part en août...

mercredi 1 juin 2011

Ras-le-bol des bien-pensants...

 ... qui décide ce que l'on doit manger et nous l'impose au nom du bien-être commun. Ne sommes nous pas dans une société libre? J'en doute de plus en plus. D'où me vient cette écoeuranterie soudaine? De la cafétéria du CHUS. On y a banni, lorsqu'on l'a déménagé, la poutine et autres «horreurs de ce genre» comme se plaisent à dire les tenants de la nourriture saine. Heureusement, il restait le casse-croûte du 3e pour tricher. Or, celui-ci est désormais fermé et l'on doit maintenant accepter sans sourciller les paninis, le repas du jour ou l'un des à-côtés santé offert. Ah oui, j'oubliais; il y a des sushis disponibles deux jours semaine... Immense soupir et grincements de dents!

À ceux qui pensent que je cuisine mal et que mes enfants ne mangent que de la «scrap» et du surgelé, je vous rassure tout de suite, on mange hyper bien chez moi. J'ai un jardin, du boeuf et du poulet directement du producteur, des oeufs de mon poulailler, des framboises de chez papy, du chevreuil d'Anticosti, des lapins d'un ami, de la rhubarbe de ma cour arrière et j'en passe! Y'a plus de légumes et de fruits au menu que dans la majorité des familles que je connais... Je dis d'ailleurs souvent que j'aurais dû être proprio d'une fruiterie, ça m'aurait évité d'y laisser autant d'argent chaque semaine ;) Mes enfants mangent de tout, et comme j'aime expérimenter -j'essaie au moins un nouvelle recette chaque jour-, ils ont goûté à bien des amalgames douteux qui se sont, au final, avéré délicieux. La question «Qu'est-ce qu'on mange» est d'ailleurs devenu source de grandes discussion chez moi. (Ça vaudrait la peine que je vous en jase un jour, j'ai une collection d'anecdotes savoureuses à ce sujet... :) )

Pourquoi je chiale alors? Parce qu'il fut une époque où j'avais un gamin qui crachait ses tripes parce qu'on lui injectait de la chimio hautement toxique en dose quotidienne plus élevée que la consommation d'eau préconisée par les diététistes. Vous croyez qu'il avait alors envie de manger des paninis ou du boeuf en sauce le fiston quand arrivait l'heure des repas??? Qu'il en aurait redemandé du brocoli et des chou-fleurs qui goûtent l'eau ou du poisson qui sent tellement que le chariot est encore dans l'asccenseur que tu sais déjà ce qu'il y a dans le plateau! Non. Il mangeait de la poutine, des chips all dress et du fromage en grain, des croquettes et des frites du McDo qu'on allait lui cherchait en voiture et combien d'autres trucs bourrés de calories. «L'important, c'est qu'il mange. Point.» dixit l'oncolongue elle-même, une femme en or qui traite ses patients comme si c'était ses enfants. Et comme les enfants cancéreux n'ont souvent que peu d'appétit, il faut que le peu qu'ils ingurgitent soit très très riches pour leur permettre de tenir le coup. Sans compter que le goût des aliments est altérés par la chimio; tous s'ententent pour dire que la bouffe a un désagréable goût métallique prononcé. Je connais une ado qui a mangé du Kentucky un mois pendant sa greffe de moelle osseuse. Elle n'en est pas morte. Au contraire, elle s'en est franchement bien tiré! Et je ne parle ici que du cancer... On n'a souvent pas davantage envie de manger quand on est malade. Point à la ligne. Alors s'il faut qu'en plus, on mange ce dont on a pas envie...

J'en suis arrivé à la conclusion que ceux qui prenaient ce genre de décision pour le bien de la majorité n'avaient jamais été RÉELLEMENT malade au cours de leur vie. Je suis de celle qui croit que la majeure partie des problèmes d'une société réside dans les excès. Or, nous sommes en train de passer d'un extrême à un autre dans bien des domaines. Est-ce que le juste milieu ne serait pas une option envisageable de temps en temps?

Fallait que je le dise... ;)

Ajout: Parce que certains semblent avoir mal interprété mes propos, je précise ici que mon fils n'a pas mangé que de la «scrap» pendant deux ans. Il avait ce droit en période intensive de chimio et de radio, non seulement pour l'apport en calorie, mais également pour le côté réconfortant de manger ce qu'on aime...

lundi 16 mai 2011

Toutes les raisons sont bonnes pour faire autre chose...

C'est chaque fois quand j'arrive à la rédaction d'une scène érotique que je me demande pourquoi je n'ai pas choisi d'écrire du jeunesse...

Pffffffffff! Deux heures que je travaille là-dessus et j'ai un maigre paragraphe... La dernière fois, il m'a fallu trois jours avant d'être satisfaite... Espérons que ça ira mieux cette fois...

jeudi 5 mai 2011

jeudi 28 avril 2011

Tome 3 français!



Cette image est issue du site internet de la série. Dès que je termine mon Xe retravail du tome 5, je vous en trouve une plus grande, vue de face... Avouez qu'en attendant, c'est mieux que rien :)

J'en profite pour m'excuser de mon silence prolongé, mais à travers le tome 5, trois autres projets d'écriture simultanés, les rendez-vous des enfants, les poules qui couvent et le printemps qui annonce l'entretien de la maison, de la piscine et du terrain, j'avoue que je suis un peu essouflée... ;)

mercredi 13 avril 2011

SLQ

Je serai à Québec cette fin de semaine pour le Salon du livre! Au plaisir de vous y croiser...

vendredi 25 mars 2011

Extrait du tome 5

«Tant de douceur dans une phrase si lourde de sens… L’emploi du passé ne m’avait pas échappé. Je ne doutais pas qu’il m’aime encore. Non. Je l’interprétais plutôt comme une demande; celle de me souvenir de cet amour véritable le jour où l'horrible impression qu'il n'avait jamais existé m'assaillirait... » -Naïla

lundi 21 mars 2011

Le diable et moi...

... nous nous sommes croisées à quelques reprises dans la première moitié du 4e tome... Un retravail s'impose dans le 5...

samedi 19 mars 2011

Avant-première

Souper chez ma grande chum hier et retour à la maison avec son p'tit dernier qui sort à la fin du mois! Bien hâte de m'y plonger, surtout que c'est très différent des romans historiques qu'elle a l'habitude de faire... Une belle découverte en perspective :)

mardi 15 mars 2011

3 ans déjà!

Il y a trois ans aujourd'hui, le premier tome de la série sortait en librairie. Naïla de Brume en a fait du chemin depuis ce temps... :)


P.S. À ceux qui m'ont laissé un commentaire le 10 mars, j'essaie de répondre dès que j'ai une minute. Mon incapacité s'était étendue à mes propres blogs et je n'ai réglé le problème que hier. Désolée...

jeudi 10 mars 2011

Blogger et moi...

...avons, semble-t-il, des p'tits problèmes à nous entendre. Non seulement il refuse que j'associe des liens à mes textes, mais il a également décidé qu'il était préférable que je me la ferme pour une période indéterminée... Je suis incapable, depuis près de deux semaines, d'ajouter un commentaire quelconque sur quelque blog que ce soit... Je ne reçois pas de message d'erreur, pas plus que suis dirigée vers une page avec mention d'invalidité. Non. Je ne peux juste pas. Point. J'en déduis ironiquement qu'il vaut parfois mieux se taire... ;) Je tenais cependant à vous dire, chers amis, que je continue de vous lire avec assiduité... :)  Mais comme j'ai des problèmes pas mal plus urgents à régler que mon silence web - une histoire de droit d'auteur et la santé de mes enfants, entre autres -, j'ignore quand je me pencherai sur la question... Et puis, ne dit-on pas que le silence est d'or... ;)

vendredi 4 mars 2011

Toute bonne chose a une fin

Désolée pour ceux qui n’aiment pas l’étalage de chiffres pour représenter un roman, mais à mes yeux, cette nuit, c'est indubitablement l'expression d'une victoire puisque le compteur vient enfin de s’arrêter.  Et ce n’est pas moi qui vais m’en plaindre!  À 149 527 mots, le tome 5 est non seulement le plus long, mais ce fut le plus difficile à écrire... Suis-je euphorique? Même pas... Je suis plutôt habitée par une étrange sensation d'irréel. Quand j'ai écrit les premières lignes, quelque part en 1999, je n'aurais jamais cru que cette histoire irait si loin... Et je ne vous cache pas qu'il y a des jours où l'ampleur que ça a prit me dépasse totalement...

Qu'est-ce que je ferai demain? Continuer la lecture du premier tome, marqueur en main. Puis ce sera le tour des trois autres. J'ai une jolie liste de détails à vérifier... ;)

mardi 1 mars 2011

Faire son chemin en France...

On parle du tome 2 ici ! http://fantasy-jeunesse.e-monsite.com/rubrique,filles-de-lune-t2,1452644.html
Et pour ceux qui aiment les chiffres, une partie des miens y sont....

P.S. BON! Désolé pour l'adresse manquant de chic, mais blogger refuse d'associer «ici» avec l'adresse et les sépare systématiquement. Comme j'ai pas vraiment le temps de chercher où ça coince, je l'ai laissé tel quel... Pfffffffffffffft!

lundi 28 février 2011

Plus de 4500 mots aujourd'hui... J'pense qu'il est temps que j'aille me coucher...

dimanche 27 février 2011

Illumination sur la 55

Hier, en route pour Montréal afin de récupérer un caisse de BD chez mon fournisseur puis remplir une promesse faite à mon chum il y a longtemps, je regardais défiler le paysage, songeant au tome 5. J'avais deux ficelles mal rattachées et ça m'empêchait de terminer l'histoire. Je ne cessais de me dire que les lecteurs n'allaient pas me pardonner cet accroc, mais j'ignorais comment rectifier le tir. Le problème venait essentiellement du fait qu'un personnage devait en éliminer un autre, ce qui était prévu depuis trois tomes, mais qu'en cours de rédaction, c'est un autre qui a décidé de faire le travail, jugeant que le premier se traînait les pieds... Résultat, un problème de prophétie non réalisée qui allait me hanter. Or hier, à 9h21, ce fut l'illumination. En réalisant que j'avais oublié un détail concernant une Fille de Lune disparue, tout s'est mis en place d'un seul coup... Je jubilais puis me suis mise à parler toute seule en cherchant un papier et un crayon pour écrire fébrilement  -Mon chum m'a regardé en se disant que je venais de franchir un pas de plus dans la folie dont il me croit atteinte depuis que j'écris de la fantasy, mais ça c'est une autre histoire- ;)

Enfin bref, ce dimanche, l'écriture sera pas mal plus facile!

vendredi 25 février 2011

2900 et des poussières

C'est le nombre de mots qui ont disparu du 5e tome après retravail. 95% sont des adverbes, des adjectifs et des portions de phrases refomulées pour faire disparaître les verbes de piètre valeur comme être, avoir, faire et prendre. Un ménage nécessaire et combien important pour la fluidité de l'histoire... Ceci terminé, il faudrait bien que je la finisse cette série! D'ici dimanche; dernier droit avant la direction littéraire....

jeudi 24 février 2011

Est-ce que...

...ça vous arrive d'être particulièrement fière de ce que vous avez écrit ou bien c'est un signe que je commence à avoir la grosse tête????

Pour ceux qui pencheraient pour l'option numéro 2, soyez rassuré, ma directrice littéraire a le don de me ramener les deux pieds sur terre.... : )

vendredi 11 février 2011

Tome 2


Enfin disponible en France...

P.S. À ceux qui ont déjà commencé à me demander pour le 3e, j'avoue que je ne sais pas. Juin est dans l'air, mais rien n'est sûr...

mercredi 9 février 2011

Et l'histoire se répète...

Quand j'ai envoyé les tomes 3 et 4 en direction littéraire, je venais à peine d'écrire la fin... Ne vous en faites pas, tout le reste avait été lu et relu maintes fois ;)  mais pas les 10 dernières pages. Elles, elles étaient encore chaudes... Deux jours que j'essaie de finir ce bouquin et que ça ne marche pas. Rien à faire, je ne fais qu'effacer et recommencer. Je SAIS comment ça fini, mais je suis incapable de l'écrire, allez savoir pourquoi. Je vais donc relire la première moitié, qui elle a déjà été retravaillée à l'automne, lors de l'épisode Cédric. J'étais alors incapable d'écrire du neuf, alors j'ai travaillé sur du vieux... Deux fois plutôt qu'une. Après, je m'attaquerai à la seconde moitié, qui est déjà très potable, mais manque de finition. Quand ce sera fait, je pourrai, je le sais déjà, écrite ces ... de pages! Faut savoir s'adapter ;)

mardi 8 février 2011

L'avantage indéniable de l'expérience...

... réside dans le fait que le premier jet n'en est plus vraiment un tellement il est travaillé au fur et à mesure que les pages s'accumulent. Et comme j'écris à temps plein, j'ai plus de temps à consacrer à mes 2000 mots journaliers que la majorité.

Depuis quelques mois, j'écris également avec la nette impression d'avoir une directrice littéraire sur l'épaule, un peu comme les p'tits démons des dessins animés, et y'a même une voix qui murmure quand c'est nécessaire:

-Si tu laisses ce passage, c'est clair que je fais un X dessus.
-Ça, ça ne passera pas et tu le sais. Enlève-le donc tout de suite.
-Ça sort d'où ça???? Tu parles d'une boîte à surprise!!!! Faudra s'arranger pour le voir venir parce que sinon...
-Trop d'ajectifs dans ce paragraphe...
-Trop d'adverbe dans celui-là...
-Coudonc, tes personnages soupirent encore... Ils ne peuvent pas faire autre chose???
-Quatre fois que je vois cette expression en quelques pages. Tic d'écriture! Faudra surveiller ça...
-Faudrait développer les sentiments ici, on ne «sent« pas assez l'émotion dans cette scène...
-7 pages pour ce passage!!! Trop long. Condense. Va à l'essentiel.
-Est-ce que c'est bien nécessaire de savoir ça???? Le lecteur ne peut pas se faire sa propre idée de...

et je pourrai continuer longtemps comme ça... C'est un excellent exercice pour se préparer à la véritable direction qui viendra bientôt :)  Bon, ça ne me dispense pas de me relire et de retravailler, mais c'est beaucoup moins pénible quand le «gros de la job» est déjà fait. Sur ce, j'y retourne; j'ai encore quelques personnages qui respirent... ;)

Bienvenue à...

Alexandre, mon 100e membre... ;)

mardi 1 février 2011

Bon, ben

Le cap des 130 000 est franchi et je n'ai pas fini. Faut croire que j'ai mal évalué le nombre de mots qu'il me fallait pour terminer cette histoire comme il se doit. Et moi qui croyait, quand j'ai commencé la rédaction du 5e, manquer d'éléments pour me rendre au chiffre fatidique... Les voies de l'écriture sont impénétrables... :)

dimanche 30 janvier 2011

Interrogations et malaise...

Arrêt chez Canadien Tire, hier; mon chum avait besoin de quelques guguss. Je lui dit que je l'attendrai dans le coin des livres en liquidation, puis me dirige vers ces tables toujours plus grandes que l'on retrouve de plus en plus souvent dans les halls de centre d'achats et les magasins grande surface. Je n'ai aucune honte à avouer que j'achète presque toujours un ou deux bouquins dénichés sur ces tables. La raison en est simple: ce sont majoritairement des livres qui proviennent des entrepôts du distributeur quand les maisons d'édition décident de faire du ménage dans leur inventaire. Souvent donc, ce sont des livres qu'on ne trouve plus nulle part en librairie parce qu'ils ont été produits il y a plusieurs années déjà, d'autres sont des livres qui ont été mal distribués à la base et sont donc passé inaperçus, d'autres encore sont des importations que personne n'a voulu vendre et qu'il faut finalement écouler. Bref, pour les livres de recettes et les documentaires, ça s'apparente à une mine d'or pour moi, surtout depuis que je fais des recherches pour ma prochaine série... :) Et puis, comme les maisons d'édition et les distributeur ne font tous leur ménage à la même date et que les quantités de chacun des livres sont très variables, les stocks sont constamment renouvellés...

Bon, là où j'ai un malaise et que je m'interroge, c'est qu'un phénomène que je croyais isolé au départ prend de plus en plus d'ampleur. Il était même effarant à mes yeux hier. Je m'explique. Mon premier tome de Filles de Lune est sorti en mars 2008, donc même pas trois ans encore. Or, le tiers des livres fraîchement placés sur lesquels j'ai jeté un oeil hier - tous des romans- sont arrivés en tablette en même temps que moi à l'époque ou même après!!!! C'est dire que les auteurs ne disposent même plus d'un délai de grâce acceptable avant que l'on liquide -sans qu'ils touchent un sou - les bouquins sur lesquels ils ont parfois bûché des années durant... Et on s'entend, qu'en deux ans et demi, ce ne sont pas tous les auteurs qui ont eu le temps ou la possibilité ou la chance, appelez ça comme vous voulez, de publier un autre titre pour donner un second souffle au premier... Je comprends qu'on ne peut garder indéfiniment des livres en boîte sans les vendre, ça coûte cher et ce n'est pas rentable à long terme. Sauf que 30 mois, à mon sens, c'est court. Vous en pensez quoi?

jeudi 27 janvier 2011

Sortie littéraire en France

À ceux qui pourraient encore se demander pourquoi il est si difficile de percer en France pour les Québécois, jetez un oeil ici. Et ça, ce n'est que pour le mois de février...

dimanche 23 janvier 2011

Dernier droit...

121  031 mots, ce n'est pas très loin des 130 000 habituels ça... On s'en reparle à la fin de la semaine?

mercredi 19 janvier 2011

Coudonc, y'as-tu juste moi...

...qui écris romancière dans la case professsion de tous les *** de formulaires qu'il faut remplir un peu partout? Parce que chaque fois que je le fais, on me dévisage comme si je débarquais directement de Mars ou Pluton et on me répète toujours la même rengaine soit: «Oh! C'est la première fois que je vois ça... » suivi des éternels : «Qu'est-ce que vous écrivez?» et «Vous connaissez Marie Laberge ou Michel Tremblay? (dans le sens de : Ce sont vos amis?) On ne s'y habitue pas... ;)

P.S. Oui, j'achève mon manuscrit et je serai plus présente sur ce blog bientôt... L'avancement est dans la colonne de droite pour les curieux... :)

vendredi 7 janvier 2011

Ben non...

... je ne suis pas morte! Mais j'ai un deadline qui approche... J'vous salue donc et je me sauve... ;)