jeudi 19 mars 2009

Savoir reconnaître ses faiblesses

Hier, j'ai eu une trèèèèès longue, mais très agréable, conversation avec ma directrice littéraire, avant de repartir avec un manuscrit ABONDAMMENT annoté. En fait, pour être honnête, de quoi faire peur à bien des auteurs (rire), mais j'avoue que je dois avoir une légère tendance au masochiste puisque c'est comme ça que j'aime recevoir mes textes... J'ai besoin de savoir très exactement ce que ma directrice en pense, sans fla-fla, ni fausse gentilesse et elle le sait. Je préfère que ce soit elle qui prenne la chance d'égratigner mon orgueil, pendant que l'on peut encore apporter des modifications, plutôt que d'affronter la critique acerbe de mes lecteurs parce que le livre ne répond pas aux attentes une fois sur les tablettes. Et croyez-moi, aux nombres de courriels que ma maison d'éditions et moi recevont, le troisième tome est très attendu... C'est franchement agréable de savoir que l'on suscite autant d'attente et d'intérêt, mais ça rehausse également le niveau d'anxiété parce que l'on ne veut pas décevoir. Vaut donc mieux travailler plus que moins...
J'ai parfois montré à des parents et amis mes deux premiers manuscrits annotés, raturés, soulignés et j'en passe. Chaque fois, j'ai eu droit à des réactions particulières. Certains ont poussé des hauts cris, me disant que ça n'avait pas de sens; d'autres ont frémis d'indignation, parlant de dénaturation et de censure; d'autres encore ne comprenaient pas que j'accepte d'apporter des modifications, comme si le fait de retravailler un texte lui faisait perdre son âme!!!!!!!!!! Je suis quand même une personne intelligente, enfin je crois (sourire en coin), je suis donc capable de faire la différence entre améliorer un texte pour le mieux et accepter des changements les yeux fermés...
Vous savez quoi? La première version de la série est bien rangée chez moi, et j'espère qu'elle restera où elle est à perpétuité... Non pas que je ne sois pas fière de ce que j'ai écrit à l'origine; jamais je ne renierai mes premiers texte puisqu'ils m'ont permis de devenir l'auteure que je suis aujourd'hui! Mais je dois admettre que je suis surtout fière du chemin parcouru depuis la première version et c'est justement pour cette raison que je travaillerai une fois de plus sur mon texte, que je tiendrai compte de chaque commentaire, de chaque interrogation, de chaque trait de crayon. Je sais que je ne serai pas toujours d'accord, alors je négocierai, mais je sais aussi que je dirai parfois: «Mais comment ça ce fait que je n'avais pas remarqué ça?» ou encore «C'est vrai que ce pourrait être plus clair, plus précis» ou encore «moins long mais aussi captivant...» Je crois que c'est aussi ça être auteur: savoir lâcher prise vis à vis de son texte, être fière de nos trouvailles de génie mais savoir aussi admettre que l'on s'est trompé à divers endroits ou que l'on a peut-être pas tout donné sur certains passages...
Je serai donc moins présente pour les cinq prochaines semaines puisque je dois rendre la version finale pour la fin avril et que j'ai huit jours de salon du livre entretemps... Mais ça vaudra la peine, comme pour les tomes précédents, j'en suis convaincue...

7 commentaires:

M a dit…

Lâche pas, t'es capable! C'est une partie difficile la réécriture comme ça, mais ça améliore tellement un texte que c'est obligatoire... même si certains auteurs, et certains lecteurs, ne font pas la différence.

Audrey a dit…

Personnellement, j'ai adoré travaillé avec Carolyn, je n'ai pas été d'accord avec tous ses commentaires mais j'avais vraiment besoin d'un oeil objectif et professionnel parce que je manquais de confiance. Certains effectivement ne comprennent pas qu'on retravaille un texte comme si notre prose était parfaite une acheminée à notre éditeur, moi je crois au contraire que c'est une opportunité de s'améliorer encore plus. Bon courage pour ces corrections et pour le stress du tome III, je n'ai pas vraiment hâte d'en être là, moi ! ;-)

Marie a dit…

Dommage, car je croyais pouvoir retourner dans ce monde merveilleux de Neila plus rapidement, mais si le texte est à retravailler, je vais donc patienter encore.

Mais je suis certaine que ce livre sera à la hauteur des 2 autres.

Bonnes corrections et au plaisir de vous lire bientôt et retourner rêver.
Marie de Sherbrooke

Elisabeth a dit…

@M:Merci! Même si je ne doute pas d'être capable, les encouragements sont bienvenus... Je sais d'avance que je vais trouver ça ardu par bout et même quelque fois décourageant(sourire résigné)Mais bon, il fut ce qu'il faut...
@Audrey: C'est vrai que la personne avec qui ont travaille y est pour beaucoup dans notre désir de s'améliorer. Plus les commentaires sont pertinents, plus c'est motivant de retravailler son texte. Pour ce qui est du stress du troisième tome, j'essaie de ne pas m'en faire puisque ce n'est que le tome du centre pour moi. Il en reste encore deux au moins ensuite...
@Marie: Je promets que l'attente en vaudra la peine... (sourire complice)

Kelsey a dit…

bonne chance pour la correction!
Je ne doute pas que le tome 3 sera aussi bon que les deux autres, j'ai vraiment hate de le lire.

Evelyne a dit…

Mon chum avait la même réaction quand il voyait les copies annotées par l'éditrice ou le réviseur. Il trouvait donc ça scandaleux. J'ai eu beau lui expliquer que c'est pour nous aider à peaufiner le texte, je ne suis pas sûre qu'il a compris.

Mylène a dit…

Je trouve ton attitude très mature et professionnelle. Dans tous les domaines nous devons faire des concessions et nous laisser parfois guider par un superieur ou une personne plus expérimentée. Ce n'est pas toujours facile mais ça peut être tellement constructif!