vendredi 27 août 2010

Questions pièges

Au Québec, on parle de best-sellers à partir de 3000 exemplaires. 5000 en chiffre absolu. Et en France, quelqu'un a une idée? Considérant que nous sommes plus ou moins 7 millions et eux 65, on conviendra qu'il y a un écart digne de mention. Tous le monde autour de moi, en apprenant la nouvelle de la sortie de Naïla de Brume dans l'Hexagone, me pose la question et je suis bien embêtée de répondre...

Et puis, tant qu'à faire, en voici une deuxième. En lisant Dominic, je me suis demandé combien d'exemplaires étaient nécessaires pour avoir une bonne visibilité chez nos cousins.  Ici, avec un tirage de base de 2500, on arrive à couvrir l'ensemble des librairies en quantité raisonnable et avoir une bonne marge de manoeuvre en réserve, mais là-bas?

8 commentaires:

ClaudeL a dit…

On compte sur toi pour nous en informer. Dans le petit groupe de blogueurs qui se lisent entre eux, tu es celle qui a le plus de chance d'être renseignée sur la question étant donné ta future publication chez nos cousins.

Personnellement, j'aimerais viser la traduction, mais c'est encore plus rare. J'en suis tout juste à essayer d'être publiée au Québec dans ces années folles et difficiles... au moins à 1000 exemplaires, alors en France???!!!

Audrey a dit…

Les avis diffèrent selon les éditeurs mais de mémoire, à partir de 30 000 exemplaires, on peut dire que c'est un très très bon succès et à partir de 50 000, un best-seller. Les grands éditeurs comme Grasset ou Gallimard préfèrent attendre le 100 000 pour parler de best-seller. Bonne chance en tout cas ! Si je vais en France à Noël, je regarderai si je vois ton livre !

Isa Lauzon a dit…

Ces chiffres sont vraiment impressionnants... Alors, finalement, le but ultime, ce serait d'être reconnu en France, si je comprends bien! Pas mal plus payant au niveau du potentiel de ventes... $$$

Hormis ces considérations purement matérialistes, il n'en demeure pas moins que tu peux être extrêmement fière, Elisabeth, de ton succès et de ta percée chez nos cousins! Advienne que pourra, tu as déjà un bon pied dans la place! :p

Elisabeth a dit…

@ClaudeL: Audrey nous a fourni les réponses ;)Bonne chance pour vos propres publications... Il ne faut jamais cesser d'y croire ;)
@Audrey: Merci pour les infos. Si jamais tu ne trouve pas le livre, au nombre d'exemplaires imprimés par Mortagne pour cette sortie, ce serait vraiment inquiétant... ;)
@Isa: C'est vrai que la reconnaissance française à un potentiel $$ plus élevé, mais comme tu le dis si bien, déjà d'y être, c'est quelque chose! :)

Annie Bacon a dit…

Non seulement je n'ai pas de réponses, mais je relance par une question: Les 3000 nécessaires pour être best-seller au Québec, est-ce qu'il y a une limite de temps pour les attendre? Genre, 3000 en un an? Ou est-ce que seul le total compte?

Et bonne chance en France, c'est une jolie réussite!

Elisabeth a dit…

@Annie: À ma connaissance, c'est le total qui compte ;)

Ishimaru Chiaki a dit…

Je viens à peine de découvrir ce blogue (que je mets tout de suite dans mes marque-pages ainsi que dans ma liste des blogues suivis sur mon blogue Wordpress) en voulant savoir s'il y avait une suite au tome 3, moi qui me suis lancée récemment dans la lecture des Filles de Lune pendant ma semaine de vacances au camping. J'en suis maintenant à plus de la moitié du tome 3.

Sinon, pour revenir au billet, je pense que ça dépend aussi du genre, puisqu'il y a beaucoup plus de monde qui lit des romans de fantasy que de gens qui lisent des livres traitant d'informatique (programmation, Linux, graphisme, modélisation 3D, matériel). Juste pour donner un exemple avec ce billet de blogue, les deux livres publiés par Simple IT, qui édite le Site du Zéro (site que je conseille d'ailleurs fortement pour apprendre à créer son site Web, à faire de la 3D ou à découvrir une alternative à Windows) et les Livres du Zéro, totalisent les 10 000 livres vendus en Europe, et bien que le plus récent (traitant du langage PHP, l'autre traitant du langage C) n'en soit qu'à moins de 4000 exemplaires, les deux livres sont considérés comme des best-sellers, parce que le thème (programmation, etc.) rejoint un bassin de population plus restreint qu'une saga fantasy comme les Filles de Lune.

Diane a dit…

Voici ce que j'ai trouver sur Wikipédia...

Au Royaume-Uni, un livre à couverture rigide est estimé un best-seller lorsqu'il s'en vend entre 4 000 et 25 000 copies par semaine.

Au Canada, c'est plutôt 5 000 copies.

Dans tous les cas, ces nombres sont relativisés. Par exemple, un livre de sociologie peut se vendre à 300 copies par semaine et être étiqueté best-seller, car la plupart des livres dans ce domaine se vendent nettement moins bien.

Je ne sais pas si ca peut t'aider, mais au moin cela donne un autre éclairage sur le monde des livres.

Diane