dimanche 18 janvier 2009

Frôler la mort...

Samedi, 17h20. Mon chum et moi, on sort de chez Sears. On vient tout juste d'acheter des électros neufs, on est un peu écoeurés (on a magasiné toute la journée), on rêve juste de rentrer. Au programme: on récupère les enfants chez Mamie D., on se fait un p'tit souper en famille et on passe une soirée tranquille près du poêle à bois parce que ça fait trois jours qu'on gèle dehors.

Comme on ouvre les portières, le cellulaire sonne à l'intérieur. Déjà 5 appels manqués. Papy demande si on peut se rendre d'urgence au CHUS. Ma belle-soeur et ses filles sont sous oxygène. Intoxication au monoxyde de carbone. Ma belle-soeur ne peut quitter l'hôpital avant 20h, elle doit demeurer sous oxygène et sous observation. Pour les filles, c'est plus grave. Elles doivent se rendre à l'hôpital Sacré-Coeur de Mtl pour un traitement en chambre hyperbare. Mon beau-frère ne peut suivre l'ambulance, il doit rester pour ensuite conduire jusqu'à Mtl. C'est donc nous qui y allons. Voyage jusqu'à Mtl. Tests et radiographie. Essai en chambre hyperbare. Trop de pression sur les oreilles de la plus jeune, le traitement doit cesser. On devra recommencer demain, après que l'ORL lui ait posé des tubes. Ma belle-soeur et mon beau-frère arrivent. Ils passeront la nuit ici. Nous, on est revenu vers 2 heures du matin.

Non, ce n'est pas une tentative de suicide, c'est un stupide accident. Mais un accident qui aurait pu coûter la vie à trois personnes, mais surtout, qui aurait pu être évité. Tous les 4 sont partis pour une randonnée de VTT vers 12h30. Mardi dernier, ma belle-soeur avait acheté une carriole «Ski-Roue» pour promener les enfants dans les sentiers de quad. Premier essai en famille. 100 km aller-retour. Tout va bien, les trois filles s'échangent le siège passager du VTT versus une place dans la cariole à intervalle régulier. Arrêt à une station-service à 15h. Tout bascule. À l'intérieur de la carriole, la plus jeune est insconciente, la plus vieille est confuse. Branle-bas. 911. À l'arrivée des ambulanciers, il restait au maximum 20 minutes de vie à la plus jeune.

Ce qui est arrivé: la neige rafalait par la trappe arrière de ventilation et la plus vieille, qui lisait, n'aimait pas ça. Alors la plus jeune à tout bonnement fermé la trappe (elle est malheureusement conçu pour être fermée- ce qui n'a pas de sens). Par inadvertance, une autre trappe (elle aussi conçu pour être fermé) l'avait été pour X raison. Résultat: il ne restait plus suffisamment de trappes ouvertes pour aérer l'habitacle. Lentement, mais sûrement, les trois filles se sont intoxiqués au cours de l'après-midi. Ça a pris près de 3 heures pour que les effets se fassent vraiment sentir...

Pas d'autocollants pour avertir du danger potentiel, rien. Et on ne parle pas d'une carriole home made, fabriqué dans un coin de garage, mais bien d'un engin de compagnie. À Mtl, on nous dit que c'est pas la première fois que ça arrive. Que ces trappes ne devaient même pas être conçu pour être fermées. C'est aberrant. Et enrageant en même temps. Est-ce que ça va prendre un décès pour que l'on se réveille?

J'ai trouvé ma nuit difficile. À Mtl, ma belle-soeur m'a avoué qu'elle devaient amener mes enfants aussi, mais comme ils dînaient quand elle fut prête à partir, elle s'est dit que c'était partie remise. J'ai jamais autant remercier la providence. Une chose est sûre, mes enfants ont des ange-gardiens... Ceux de ma belle-soeur aussi...

5 commentaires:

Evelyne a dit…

Wo! C'est le seul mot qui em vient en tête! C'est totalement renversant! On peut dire que dans votre malcance, vous avez tous été chanceux.

Nancy a dit…

Mon Dieu, une chance qu'il existe. J'ai été troublé par cette histoire. Vont-ils faire une plainte èa la compagnie??? Voyons donc, cela ne peu pas rester comme ça!!!!. Une chance que tout finit bien. Je suis contente pour vous autres. Je pense qu'ils vont vendre la carriole Ski-Roue?? sinon que vont-ils faire?

Ouf..une chance que se termine bien.

Bonne soirée

Elisabeth a dit…

Oui, elles ont été chanceuses. Je ne crois qu'ils vont la vendre, mais plutôt s'assurer que ça ne peut pas se reproduire. À suivre...

Claude Lamarche et Louise Falstrault a dit…

D'un blogue à l'autre, je viens seulement de faire votre connaissance, j'ai presque tout lu votre site, je choisis ce sujet pour écrire mon commentaire parce que c'est le plus récent.
Je rajoute le vôtre à ceux que je vais suivre.

Elisabeth a dit…

Bienvenue à vous deux...